Le Comité canadien pour la liberté de la presse | LIBERTÉ DE LA PRESSE
16245
page-template-default,page,page-id-16245,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

Salutations du Comité canadien pour la liberté de la presse mondiale (CCLPM)

Nous vous invitons au déjeuner et à la remise de prix à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, un événement annuel depuis 1998. Joignez-vous aux journalistes, politiques, universitaires, professionnels des médias et d’autres individus qui font la promotion du rôle critique de la presse et de la liberté d’expression pour favoriser la démocratie et un gouvernement ouvert.

La conférencière d’honneur sera Ann Telnaes, caricaturiste politique du journal The Washington Post et lauréate du prix Pulitzer. Mme Telnaes crée ses caricatures politiques au moyen de l’animation, de mémoires visuelles, du dessin en direct et de médias imprimés traditionnels, entre autres. Elle est présidente de l’Association of American Editorial Cartoonists, et ardente défenseure de la liberté d’expression.

L’événement aura lieu le mardi 2 mai 2017, à 11 h 30, dans la salle de bal de l’hôtel Fairmont Château Laurier.

Nous reconnaîtrons, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, un journaliste canadien qui a défendu la liberté de la presse, ou qui a souffert en son nom. Parmi les lauréats précédents, citons Glen McGregor et Steve Maher, Daniel Leblanc, Mohamed Fahmy et Kathy Gannon. Nous célébrerons aussi le travail des caricaturistes avec le 17e Concours international de dessin éditorial.

Le CCLPM surveille et dénonce les menaces contre la liberté de la presse et d’expression, et il a réclamé la libération du journaliste canadien Mohamed Fahmy. Voici trois façons de participer :

1. Réservez la date : mardi 2 mai. À l’heure du déjeuner, venez participer à une discussion franche et à une conversation inspirante à l’hôtel Fairmont Château Laurier, pour souligner la Journée mondiale de la liberté de la presse. Le coût des billets est de 65 $ pour un billet ou de 120 $ pour deux billets.

2. Commanditez le Comité canadien pour la liberté de la presse mondiale. Les commanditaires de niveau or (2 000 $) bénéficieront d’une table bien placée pour huit personnes, de la reconnaissance de l’animateur lors de l’événement, et du placement de leur logo sur notre site web, dans les publicités et dans tous les documents promotionnels. Les commanditaires de niveau argent (800 $) recevront une table bien placée pour huit personnes, et un remerciement sur la table et dans le programme. Les commanditaires de tout niveau peuvent acheter des tables supplémentaires au prix de 500 $. Vous pouvez aussi demander au CCLPM de mettre dans les places libres de votre table des étudiants de niveau collégial ou universitaire étudiant en journalisme. Procurez-vous des billets ou devenez commanditaire à :

https://www.eventbrite.ca/e/19th-annual-world-press-freedom-day-awards-luncheon-tickets-32899334796

3. Proposez la candidature d’un journaliste canadien pour le Prix de la liberté de la presse du CCLPM. Chaque année, nous mettons à l’honneur un journaliste qui, au cours de l’année, a contribué de façon exceptionnelle à la liberté de la presse ou d’expression. Le prix de reconnaissance est aussi accompagné d’un certificat de la Commission canadienne pour l’UNESCO.

Nous vous communiquerons plus de détails au sujet de l’événement sous peu. Entre‑temps, nous espérons compter sur votre soutien et votre parrainage à l’appui de ce travail important.

Le Comité tient son Déjeuner annuel  de la Journée mondiale de la liberté de la presse le ou vers le 3 mai.

En 1993, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 3 mai Journée de la liberté de la presse mondiale, sur la recommandation de la Conférence générale de l’UNESCO.

Le 3 mai revête une importance particulière, puisque c’est aussi l’anniversaire de la Déclaration de Windhoek, qui affirme les principes d’une presse libre, créée par des journalistes de presse africains lors d’un séminaire de l’UNESCO à Windhoek, en Namibie en 1991. La Déclaration demande pour des médias libres, indépendant et pluralistes dans le monde entier, et caractérise la presse libre comme essentielle à la démocratie et un droit humain fondamental.