Le Comité canadien pour la liberté de la presse | La période de nomination pour le Prix de la liberté de presse du CCLPM 2019 est ouverte
16569
post-template-default,single,single-post,postid-16569,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

05 Fév 2019 La période de nomination pour le Prix de la liberté de presse du CCLPM 2019 est ouverte

OTTAWA, le 4 févr. 2019 /CNW/ – Connaissez-vous un ou une journaliste ou employé(e) du milieu médiatique dont le travail a souffert du couvert du secret malgré le droit du public à être informé ou en raison de manœuvres judiciaires ou d’intimidation politique? Connaissez-vous un ou une journaliste qui a risqué sa sécurité ou sa réputation pour défendre la liberté d’expression? Pourquoi ne pas soumettre sa candidature au Prix de la liberté de la presse du Comité canadien pour la liberté de la presse mondiale (CCLPM)?

Ce prix est remis annuellement à un journaliste ou un employé du milieu canadien de la presse écrite, numérique ou radiodiffusée qui a contribué de façon importante à la liberté d’expression. Cette contribution peut avoir pris forme en exposant l’opposition d’intérêts gouvernementaux ou privés  à la divulgation d’événements ou d’histoires d’intérêt public, ou par la couverture de sujets sur lesquels il ou elle a travaillé et qui a fait progresser la liberté de la presse. Les institutions qui travaillent à l’atteinte des mêmes objectifs peuvent aussi soumettre leur candidature ou être mises en candidature.

Les candidatures liées au travail qui a servi à défendre la liberté de la presse en 2018 sont maintenant acceptées. La date limite pour soumettre une candidature est le 15 mars 2019. Le gagnant ou la gagnante recevra un prix de 2 000 $ et un certificat de la Commission canadienne pour l’UNESCO à l’occasion du déjeuner annuel de la Journée mondiale de la liberté de la presse, qui se tiendra à Ottawa le 2 mai 2019.

Le Comité canadien pour la liberté de la presse mondiale fait partie des nombreux organismes de sensibilisation au travail des journalistes qui œuvrent dans des conditions difficiles, certains risquant même l’emprisonnement ou la mort pour informer leurs lecteurs, explique Shawn McCarthy, président de ce groupe établi à Ottawa.

« Si les journalistes qui travaillent au Canada jouissent d’une certaine liberté, nous devons rester sur nos gardes : leur indépendance est souvent menacée », ajoute-t-il.

Le Comité pour la protection des journalistes (Committee to Protect Journalists) a rapporté en décembre que le nombre de journalistes assassinés en 2018, à l’échelle internationale, avait pratiquement doublé depuis l’année précédente. On compte parmi eux Jamal Khashoggi, journaliste pour le Washington Post et d’autres publications, tué en octobre par des agents du gouvernement saoudien. Un autre événement fortement médiatisé s’est produit au mois de juin, lorsqu’un tireur a fait cinq victimes dans la salle de presse du Capital Gazette à Annapolis, dans le Maryland.

Les journalistes canadiens, pour leur part, ont subi un revers en novembre, lorsque la Cour suprême du Canada a rendu une décision en matière de liberté de presse, contraignant Vice News à remettre à la police l’historique des communications entre l’un de ses reporteurs et un militant présumé de l’EI.

Le prix de la liberté de la presse 2018 du CCLPM a été remis à The Independent, une publication en ligne de Terre-Neuve-et-Labrador. En effet, son reporteur, Justin Brake, a été inculpé de méfaits et de violation d’une injonction pour avoir suivi des manifestants autochtones sur le site de construction d’un projet hydroélectrique controversé à Muskrat Falls, au Labrador.

Parmi les anciens lauréats de ce prix qui en est à sa 21e année, mentionnons Ben Makuch (Vice News), Patrick Lagacé (La Presse), Paul Dornstauder et Geoff Leo, (CBC Saskatchewan), Mohammed Fahmy (Al Jazeera English); Katherine Gannon(Associated Press); Michelle Lang, à titre posthume (Calgary Herald); Stephen Maher et Glen McGregor (Postmedia); Daniel Leblanc (Globe and Mail); John Hoey et Anne Marie Todkill (Canadian Medical Association Journal); Gilles Toupinand Joel-Denis Bellevance (La Presse); Tarek Fatah (auteur et chroniqueur); Juliet O’Neill (Ottawa Citizen), Andrew McIntosh (National Post); Haroon Siddiqui (Toronto Star); et Kim Bolan (Vancouver Sun).

Pour soumettre votre candidature ou pour soumettre la candidature d’un ou d’une journaliste ou employé(e) du milieu médiatique canadien, veuillez remplir le formulaire de mise en candidature.  

SOURCE Comité canadien pour la liberté de la presse mondiale

Renseignements: Shawn McCarthy, 613-566-3607, ou smccarthy@globeandmail.com; Janice Tibbetts, membre du conseil d’administration, au 613-233-3181 ou janice.tibbetts@carleton.ca