Le Comité canadien pour la liberté de la presse | LA PÉRIODE DE NOMINATION POUR LE PRIX DE LA LIBERTÉ DE PRESSE DU CCLPM 2018 EST MAINTENANT OUVERTE
16469
post-template-default,single,single-post,postid-16469,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

04 Fév 2018 LA PÉRIODE DE NOMINATION POUR LE PRIX DE LA LIBERTÉ DE PRESSE DU CCLPM 2018 EST MAINTENANT OUVERTE

OTTAWA, 5 février 2018 – Connaissez-vous un ou une journaliste ou employé(e) du milieu médiatique dont le travail a souffert du couvert du secret malgré le droit du public à être informé ou en raison de manœuvres judiciaires ou d’intimidation politique? Connaissez-vous un ou une journaliste qui a risqué sa sécurité ou sa réputation pour défendre la liberté d’expression? Pourquoi ne pas soumettre sa candidature au Prix de la liberté de la presse du Comité canadien pour la liberté de la presse mondiale (CCLPM)?

Ce prix est remis annuellement à un journaliste ou un employé du milieu canadien de la presse écrite, numérique ou radiodiffusée qui a contribué de façon importante à la liberté d’expression. Cette contribution peut avoir pris forme en exposant l’opposition d’intérêts gouvernementaux ou privés à la divulgation d’événements ou d’histoires d’intérêt public, ou par la couverture de sujets sur lesquels il ou elle a travaillé et qui a fait progresser la liberté de la presse. Les institutions qui travaillent à l’atteinte des mêmes objectifs peuvent aussi soumettre leur candidature ou être mises en candidature.

Les candidatures liées au travail qui a servi à défendre la liberté de la presse en 2017 sont maintenant acceptées. La date limite pour soumettre une candidature est le 1er mars 2018. Le gagnant ou la gagnante recevra un prix de 1 000 $ et un certificat de la Commission canadienne pour l’UNESCO à l’occasion du déjeuner annuel de la Journée mondiale de la liberté de la presse, qui se tiendra à Ottawa le 3 mai 2018.

Le Comité canadien pour la liberté de la presse mondiale compte parmi les organisations qui veulent augmenter la sensibilisation aux difficultés que connaissent certains journalistes, y compris en risquant la prison, voire leur vie pour informer le public, a dit Shawn McCarthy, président de l’organisme d’Ottawa.

« L’année dernière a été une triste année pour la liberté de la presse dans le monde, a déclaré M. McCarthy. L’organisation Committee to Protect Journalists a rapporté en décembre 2017 que 262 journalistes avaient été emprisonnés dans le monde, un nombre record. »

Pendant ce temps, la Cour suprême du Canada a accepté vers la fin de l’année d’accueillir un cas important concernant la liberté de la presse lorsqu’elle a autorisé Vice News à interjeter appel. Vice News conteste la décision rendue par un tribunal de l’Ontario disant que le journaliste Ben Makuch, qui a récemment remporté le prix annuel du CCLPM, devait divulguer sa correspondance avec un présumé militant du groupe État islamique.

Nos gagnants du Prix de la liberté de la presse en 2017 sont Patrick Lagacé, de La Presse, et Paul Dornstauder et Geoff Leo, de CBC Saskatchewan. Patrick Lagacé a fait l’objet d’une surveillance policière et a rédigé plusieurs chroniques pour dénoncer cette pratique et demander des explications. Il a partagé l’honneur avec son journal, La Presse.

Geoff Leo et son producteur Paul Dornstauder ont mené une enquête et publié une série d’articles sur des transactions immobilières controversées ayant permis à deux hommes d’affaires influents d’empocher des millions de dollars aux dépens des contribuables. En dépit des obstacles, dont l’opposition du gouvernement, des poursuites et de longs délais pour obtenir des réponses à des demandes d’accès à l’information, CBC continue de publier des articles sur le scandale immobilier.

Voici les noms d’autres lauréats du prix au cours de ses 20 ans d’histoire : Ben Makuch de Vice News; Mohammed Fahmy (Al Jazeera English); Katherine Gannon (Associated Press); Michelle Lang, à titre posthume (Calgary Herald); Stephen Maher et Glen McGregor (Postmedia); Daniel Leblanc (Globe and Mail); John Hoey et Anne Marie Todkill (Canadian Medical Association Journal); Gilles Toupin and Joel-Denis Bellevance (La Presse); Tarek Fatah (auteur et chroniqueur); Juliet O’Neill (Ottawa Citizen), Andrew McIntosh (National Post); Haroon Siddiqui (Toronto Star); et Kim Bolan (Vancouver Sun).

Pour soumettre votre candidature ou pour soumettre la candidature d’un ou d’une journaliste ou employé(e) du milieu médiatique canadien, veuillez remplir le formulaire de mise en candidature : CCWPF Press Freedom Award French Nomination Form

Pour obtenir de plus amples renseignements :

Shawn McCarthy, 613-294-4491, ou smccarthy@globeandmail.com

Janice Tibbetts, membre du conseil d’administration, au 613-233-3181 ou janice.tibbetts@carleton.ca